dima
  • Etude urbaine, Bobigny

    Maîtrise d'ouvrage : Projet de recherche
    Maîtrise d'oeuvre : Marie LANG Architecte
    Lieu : Bobigny (93)
    Année : 2006
    Programme : 30 à 200 logements collectifs et pièces à partager
    Surface : 21ha

    De deux problématiques préoccupantes, une proposition.
    D’une part, la question de la fabrique de la ville contemporaine, et plus particulièrement celle des territoires de banlieue en tant que délaissés d’infrastructure.
    D’autre part, la question du vivre ensemble avec comme point de départ l’intégration des problématiques de vieillissement de la population dans la fabrique de la ville.
    1. Il s’agit d’accepter la présence des réseaux, de mettre en scène ces infrastructures qui, partie intégrante de la ville et de la vie contemporaine, sont les nouveaux paysages urbains. Les constructions dans ces territoires seront des observatoires de la ville.
    2. C’est l’isolement en milieu urbain qui a été retenu comme point principal à travailler. Le problème de l’isolement n’est pas réservé à la personne âgée. Le principe de projet retenu est celui du partage d’espaces dans la mesure où il permet d’offrir plus de surface et des lieux pour recevoir ou se rassembler.
    Ces problématiques générales ont été développées en parallèle et dans un aller-retour entre les différentes échelles, de celle du territoire à celle du détail. Elles ont été travaillées à la fois hors contexte pour mettre en place un système de logements qui répondent à une partie des nouveaux modes de vie urbains, et sur un site particulier pour voir de quelle manière un territoire contraint peut accueillir de nouveaux quartiers d’habitation. En menant ces deux réflexions, il est apparu que l’une pouvait être solution de l’autre. Fabriquer de nouveaux logements autour du partage, c’est constituer un noyau dur pour le développement d’un nouveau cadre de vie dans un milieu hostile. Ce sont les espaces partagés qui, en protégeant les espaces privés seront des observatoires de la ville pour donner une nouvelle lecture du paysage urbain contemporain.

    Le site : Entre le canal de l’Ourcq et la route nationale 3
    Le canal de l’Ourcq offre à la banlieue Est une formidable continuité urbaine et constitue un potentiel de qualité de vie considérable dans un rapport proche et fluide à la capitale. La route nationale 3 est un des axes qui rentre le plus profondément dans Paris, il relie de manière rectiligne Pavillon sous Bois à l’Opéra de Paris. Le territoire d’étude, à Bobigny, est au cœur d’un réseau d’infrastructures qui passent mais ne s’arrêtent pas…
    Dans ce travail, nous nous intéressons essentiellement aux limites en considérant le territoire comme un potentiel qui, s’il est optimisé, engendrera automatiquement des liaisons.
    Parti de la question de savoir comment continuer la ville aujourd’hui sans attendre un grand projet urbain qui mettra des années avant de se mettre en place et de voir le jour, mais sans aller à son encontre non plus, on cherche dans ce projet à voir quelles sont les conditions d’une intervention ponctuelle, d’un début de nouveau quartier, d’un morceau de ville. Quatre potentiels sont choisis pour leurs qualités physiques : le jardin secret, l’écrin, la terrasse urbaine et le plain-pied !
    Chaque potentiel possède une caractéristique physique forte qui lui donne une dimension poétique et esthétique. Cette particularité devient la thématique du projet, elle est amplifiée et sublimée.
    De tailles diverses et variées, ils accueillent le système et le déforment pour tester différentes densités, différents rapports au sol et à l’existant dans une recherche de définition des limites.
    De deux parallèles (le site) naît la perpendiculaire (les logements).

    Voir l'architecture de ces logements dans le projet "habiter ensemble"